Sargé-lès-Le Mans et ses ancêtres (1585-1906)

Reconstitution des familles

La reconstitution des familles de Sargé-lès-Le Mans ne s’est pas faite en un jour. Il s’agit d’un travail de longue haleine. Une méthodologie s’est mise en place au fur et à mesure des étapes en respectant scrupuleusement le précepte suivant : pas de rapprochement si un doute existe. Un rapprochement erroné entraîne immanquablement des erreurs dans la suite de l’étude (généalogies, fiches de famille, démographie, ...). Cependant il est très souvent repérable à plus ou moins long terme. Une table de référencement (n° individu gardé, n° individu supprimé) de tous les rapprochements effectués doit être conservée pour qu’un « détricotage » soit possible à tout moment.

Il faut toujours avoir à l’esprit que nous sommes dans un système ouvert et qu’une personne née à Sargé peut mourir ailleurs et inversement. Ainsi, par exemple, il ne faut pas systématiquement vouloir rapprocher deux individus dont la date de naissance pour l’un et celle de décès du second pourraient coïncider en fonction de l’âge annoncé au décès.

Le but de la mise en ligne de cette méthode est double. Donner d’abord une transparence sur les étapes successives franchies pour Sargé afin d’apporter plus de crédibilité à cette reconstitution. Ensuite, pour que ce qui a été fait sur Sargé soit transposable à d’autres paroisses. Avis aux amateurs.

I - Les grandes lignes de la méthode sont les suivantes, en deux groupes :

Rapprochement des identifiants d’un même individu :

  • Mise en place des trois dictionnaires : Patronymes, Lieux, Professions. Le rapprochement des patronymes est essentiel dès le début. Il sera complété au fur et à mesure du rapprochement des individus.
  • Rapprochement deux à deux des actes pour un même individu, et par extension ses deux parents.
  • Forte présomption de rapprochement sans possibilité de vérification. Elle n’est pas à négliger, la noter permettra un jour ou l’autre d’y revenir pour la confirmer ou la rejeter.
  • Rapprochement des deux parents de plusieurs enfants. Attention aux parents homonymes également sur les prénoms. Il s’agit d’un risque important et bien réel qui doit être pris très au sérieux.
  • Rapprochement avec les témoins. Ici ce sont les dictionnaires de Lieux et de Professions qui seront les plus sollicités.
  • Représentation graphique. Il est visuellement plus facile de trouver des rapprochements d'individus présents lors d'un acte quand on peut se repérer sur une vue globale de la famille proche. Tous les individus cités à Sargé et non isolés généalogiquement sont donc représentés sur un schéma classé par patronyme en situation généalogique descendante. Le code couleur suivant, que l’on retrouve dans la représentation des données nominatives, a été adopté :

  • légende couleur des BMS

  • Matrice de rapprochement. Un système de croisement matriciel propose un rapprochement entre un individu donné que l’on souhaite étudier, et l’ensemble des autres individus de la base de données. Au fur et à mesure des filtres mis en place on élimine ceux ne pouvant coïncider pour ne garder qu’un panel réduit à quelques personnes susceptibles de donner satisfaction. Les filtres sont de plusieurs ordres : Sexe, patronyme de référence, premières lettres du prénom (pour ne pas écarter les prénoms doubles), acte de naissance connu pour les deux individus, acte de décès connu pour les deux individus, pas de filiation , année de naissance de l’un cohérente avec l’année de décès de l’autre, utilisation des bornes d’existence de chaque individu (borne supérieure avant naissance, inférieure après naissance, supérieure avant décès, inférieure après décès).
  • Autres petites choses à garder à l’esprit comme le délai de viduité pour les veuves avant un remariage.

Etude sur la qualité des données permettant de mieux comprendre les situations ambiguës pour palier d’éventuels manques sur les registres :

  • Recherche des périodes manquantes
  • Evaluation du sous-enregistrement ou du défaut d’information
  • Tentative de reconstitution de données manquantes avec une distinction nécessaire selon les cas :
    • Cas particulier des naissances en fin d’année 1693 (BRE-S)
    • Cas des mariages sur périodes manquantes (MFI)
    • Cas des décès sur périodes de sous-enregistrement : baptême ou sépulture connu :
      • Enfants baptisés morts en bas âge (d’au moins un an) sans sépulture (B-SRE)
      • Enfants baptisés morts en bas âge (de moins d’un an) sans sépulture (B-SRE)
      • Enfants ondoyés-décédés, avec sépulture (BFI-S)
    • Cas des décès sur périodes de sous-enregistrement : baptême et sépulture inconnus :
      • Enfants ondoyés-décédés, sans sépulture (BFI-SFI)

II - Quelques chiffres sur l’enquête :

(données actualisées en avril 2015)

Type d’acte par paroisseBaptême / NaissanceMariageSépulture / Décèstotal
Registres de Sargé 10376 (B&N) 2813 (M) 7421 (D&S) 20610
Reconstitués pour Sargé 189 (BFI&BRE&NFI) 149 (DFI&SRE) 338
St-Ouen-des-Fossés (Le Mans / Coulaines / Sargé) 28 190 17 235
St-Vincent (Le Mans) 51 458 29 538
Yvré-l’Evêque 348 854 197 1399
Savigné-l’Evêque 372 1235 196 1803
Neuville-sur-Sarthe 186 458 92 736
St-Pavace 50 161 12 223
Coulaines 55 134 32 221
Ste-Croix (Le Mans) 37 180 12 229

Cette enquête représente beaucoup d’heures de travail et sur Sargé les résultats en cours sont les suivants :

  • Nombre d’individus : 72 392 dont une partie est encore en doublon, en cours de rapprochement
  • Nombre de rôles d’individus : 130 319

Contact : philippe.davase @ gmail.com

La citation d'une source désengage d'erreurs éventuelles dans celle-ci et apporte reconnaissance et encouragement à son auteur. Merci de citer vos sources, du parchemin à l'internet.